Notre première rencontre…

Mon Pitchoune, je t’ai rencontré pour la première fois il y a un peu plus de 8 mois maintenant et mon Dieu que tu étais petit. Au premier regard, j’ai su que je t’aimerai toujours, d’un amour nouveau, différent de tout ce que j’avais déjà connu.

Pour t’expliquer un peu, tu es venu au monde assez vite et je dois bien avouer qu’à la lecture d’autres récits d’accouchement, le mien m’a semblé simple et plutôt facile.

Tu devais être bien dans ton cocon car tu as fait trois jours de rab’. Et tu as même attendu le matin pour te manifester, histoire de me laisser une dernière nuit tranquille. Il devait être un peu plus de 5 heures ce jour là quand pour la première fois j’ai compris ce qu’étaient de vraies contractions. Ni une, ni deux, je me lève,  je bouscule papa, il se réveille,  comme d’habitude, enfin pas vraiment comme d’habitude mais tu t’en es rendu compte depuis !

Je prends le téléphone, je joins  la salle des naissances grâce à leur numéro direct, décris ce que je ressens. On me dit de venir faire un monitoring, histoire de voir si l’accouchement est imminent. Une heure de monitoring plus tard, on me conseille de rentrer chez moi, les contractions sont bien là mais pas suffisamment régulières et comme je vis à 5 min de la mat, il serait préférable que je sois à la maison, plutôt que dans une chambre d’hôpital, sans être sûre que cela arrivera aujourd’hui. J’approuve !

Il doit être 8 heures quand nous arrivons chez nous et jusqu’à midi, je souffre un peu mais durant de très courtes périodes. Déjà à l’époque tu n’étais pas pénible le matin. Mais en début d’après-midi, la souffrance se fait plus intense et plus régulière. Je joins à nouveau la maternité. La sage femme  me dit que je peux venir mais que d’après elle, j’ai encore de la marge et que si je me sens mieux chez moi pour l’instant je peux rester, sachant mon pitchoune, je te le rappelle, que nous en avions pour 5 minutes tout au plus pour rejoindre ton futur lieu de naissance. Je décide de rester et je tiens à la maison jusqu’à 17 heures  avant de me dire  « je n’en peux plus ! »  Il faut partir, Papa prend la voiture (il a le permis depuis à peine un mois et je crois qu’il n’a jamais passé une seule fois la seconde,enfin j’exagère peut être un peu).

J’arrive en salle de naissance et me retrouve avec la gentille sage-femme qui s’occupait de la prépa à l’accouchement, je me sens mieux ! On m’installe dans une grande salle lumineuse, pas la plus jolie (dans cette maternité, les salles de naissances sont décorées de peintures murales représentant des paysages locaux) mais assez agréable, ouf ! On m’ausculte et on m’annonce que je suis à 6 cm : « Bravo Mme, vous avez bien bossé à la maison ! »  Ah, bin si vous le dites.

On me parle alors d’accouchement sans péridurale, et bien qu’au début, je n’en voulais pas spécialement (si on pouvait éviter en tout cas), là soudain je me dis qu’il est hors de question d’accoucher sans, lâche que je suis…

La péridurale lancée, quelques instants plus tard, je me sens  mieux, je ne sens même plus rien… C’est très agréable au début mais en en parlant avec la sage femme (une autre cette fois-ci dont j’ai malheureusement oublié le nom), je lui demande si on ne peut pas baisser un peu la dose, car cela va être dur de pousser si je ne ressens plus rien. Et effectivement, par la suite je suis heureuse de ne pas ressentir les contractions trop fortement mais de pouvoir tout de même profiter des sensations nécessaires pour pousser « efficacement ».

Tout va très vite étrangement et à 22 heures 39 te voilà ! On te pose sur ma poitrine, tu es chaud, un peu gluant, je pleure, tu es beau, je t’aime, tu me réchauffes l’âme et le corps ! Et papa qui est là, ne dit pas grand chose, il est ému, sous le choc de cette belle rencontre, il est là, présent depuis le début. Il ne m’a pas quitté, je vous aime tellement mes deux hommes…

Publicités

15 réflexions sur “Notre première rencontre…

  1. Quel joli récit remplit d’amour…
    Col ouvert à 6 arrivé à la mater ! Bravo, alors, je pense qu tu aurait pu accoucher sans péri…

    Je ne souhaitait pas la péri non plus…et j’ai tenu bon. Au moment, où ça devenait difficile la sage-femme arrivait pour m’ausculter, j’étais à 8, et ça commençait à pousser…donc direction, la salle d’accouchement.

    On va dire 15-20 min après, ma crevette était née…jsui arrivée à 1h45 à la mater et à 5h35, elle était née 🙂

    Pour ton petit deuz, tu veut essayer sans péri ou pas du tout ?
    @ bientôt.

  2. Il est magnifique cet article!! Comme tu écris bien!! On ressent avec toi toute l’émotion de cette naissance… Je regrette tellement de ne pas avoir été là les jours suivants pour partagé ça avec vous! Bravo pour ce texte émouvant!

  3. Pingback: Les contractions et moi, et moi, et moi… « The Book Of Mum
  4. Pingback: Maternité de Lons le Saunier | Le Mater-book des olympiennes
  5. Pingback: Mon petit bonheur simple du jour #6 | THE BOOK OF MUM
  6. Pingback: 53 billets en 2015 : ce jour-là, j’ai pleuré de joie #15 | Céline et son Bric à Brac en Vrac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s