Lettre à Monsieur le Fric

Il y a quelques temps j’écrivais une lettre ouverte sur le blog de Bébé Citrouille pour pousser un petit coup de gueule ou tout du moins m’exprimer sur un sujet qui prend malheureusement trop de place dans nos vies, le Fric…

Chez la famille Book Of Mum, les fins de mois sont bien difficiles en ce moment. J’ai conscience de ne pas être la plus à plaindre, j’ai un toit sur ma tête, des solutions encore à envisager mais j’en ai assez de voir tant de gens galérer, souffrir parce qu’ils ne peuvent vivre aussi décemment qu’ils le voudraient… Alors voilà, ça m’a fait du bien quand je l’ai écrit et de relire cette lettre me permet de mettre des mots sur ce qui peut nous rendre très malheureux… Car sans être matérialiste ou consommateur compulsif, le manque d’argent peut pourrir la vie.

Courage à toutes celles et ceux qui comptent au quotidien, qui craignent les lendemains difficiles, qui ont parfois peur de l’avenir. Je me dis toujours, qu’un jour la roue tourne !

 » Cher Monsieur Le Fric, 

tout d’abord je suis contente de pouvoir enfin t’écrire car j’ai des tas de choses à te dire. J’espère seulement que tu prendras le temps de me lire… Enfin avec toi on n’est jamais sûr car le temps c’est de l’argent n’est-ce-pas ?

Je me permets de te tutoyer car nous avons une relation presque intime. Ces derniers temps en effet je pense beaucoup à toi, un peu trop même. Des courses à faire, tu es là, des charges à payer, tu es encore là, des projets maison,  toujours là… Bon je dois bien t’avouer que si tu étais présent, plein de générosité, avec toute ta marmaille de billets, je ne m’en plaindrais pas. Mais ce n’est pas le cas… Tu aimes t’’immiscer dans ma vie quand enfin je pense pouvoir souffler un peu, tout ça pour me dire « j’en veux encore ! ».

Et malheureusement, je ne suis pas la seule dans ce cas.  Le problème c’est que tu es présent partout, pour tout, dans tout. Tu règnes sur le monde tel un dictateur sans partage, dictant sa loi à tous. Tu ne t’intéresses pas toujours aux plus méritants et tu sais mettre ta morale de côté : les gens malhonnêtes, les requins de la finance, tu les accueilles  à bras ouverts, la vénération envers toi étant un critère suffisant pour faire partie de ton cercle. je sais aussi reconnaître que tu as des amis très bien, qui n’ont pas à avoir honte de posséder ce qu’ils ont. Tu vois je suis plus ouverte que toi.

Je ne souhaite pas ta disparition, non, mais j’aimerais que tu sois plus équitable parfois, juste un peu, que tu sois là mais pas constamment, que tu existes mais que tu saches aussi te faire oublier, que tu ne guides pas nos vies exclusivement mais que tu nous aides à avancer. 

Je suis peut être une grande rêveuse, un peu idéaliste même, mais j’espère qu’un jour beaucoup de gens auront une relation plus sereine avec toi, où la peur du lendemain disparaisse et que la vraie richesse humaine ne réside plus en toi mais en nous.

En espérant que tu m’accorderas quelques minutes de ton temps si précieux, je te prie d’agréer mes humbles salutations.

The Book Of Mum. »
Publicités

4 réflexions sur “Lettre à Monsieur le Fric

  1. Ouais compliquées les relations avec ce monsieur…j’ai toujours peur du manque…souvenirs d’enfance…les noels sans cadeaux,les etés sans vacances..adolescence sans cantine scolaire,sans fringues a la mode..vie de jeune adulte sans etudes,sans permis de conduire,petits boulots precaires,appartements et meubles pourris,frigo vide,conjoint qui glandouille…et là j’ai 37ans,pas de boulot,par choix et par necessité aussi,deux petites filles,un autre conjoint qui gagne sa vie mais qui a les poches percées,donc en gros on a +de fric au depart,mais ou passe-t-il donc?je suis une vraie fourmi,je n’achete pas de fringues pr moi,si peu pr mes filles,les meubles tjrs aussi pourris,pas d’ordi,tjrs pas de permis,le logement est mieux mais le frigo parfois encore vide…j’ai peur du manque,parce qu’il est tjrs là,aux aguets,pres a nous bondir dessus au moindre faux pas.

    • Je crois que notre relation à l’argent est svt liée à notre vécu d’enfant ou d’ado. Je n’ai manqué de rien, loin de là mais en grandissant j’ai vu mes parents galérer de plus en plus, obligés de me demander de l’argent (moi qui n’en a jamais eu à foison non plus). Je me suis promise de ne jamais passer ma vie en stress à cause de tout ça. c’est aussi pour ça qu’auj mes petits soucis me préoccupent autant.
      Bon courage à toi !

      • Merci,on vit a une epoque ou la peur du lendemain est frequente pour bcp de monde,et ce qui fait chi*r c’est de voir des gens proches compatir et dire comprendre ta situation,et ensuite se plaindre de manquer d’argent pour se payer du superflu, alors que toi tu n’as franchement pas les memes preoccupations.bref en tout cas ton billet m’a bien plus 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s