Je suis verte, bio, écolo ? Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie… pas du tout ?

Il m’arrive souvent de me poser la question de mon rapport à notre planète. Quelle écolo suis-je ? D’ailleurs suis-je écolo, verte, bio ? Le suis-je complètement, en partie, parfois, souvent, presque jamais ?

Dois-je culpabiliser d’être ce que je suis ou puis-je être parfois un peu fière de moi ?

***

Pas facile de répondre à tout ça et en fait je n’en ai pas vraiment envie. Je dirais simplement que j’ai une conscience verte dans le sens où j’ai toujours en tête les répercussions de mes actions sur la planète. J’essaie toujours dans la mesure du possible d’avoir un comportement le plus respectueux possible de l’environnement :

  • je ne jette jamais mes papiers à terre,
  • je trie mes déchets depuis toujours ou presque (mon Jura natal est un département pilote dans le domaine du tri et j’ai vécu 5 ans en Allemagne où le tri est un « mode de vie »),
  • je fais attention à ma consommation d’électricité en laissant le moins possible mon matériel en veille et en éteignant les lumières des pièces vides,
  • j’utilise des couches lavables pour mes enfants,
  • j’évite de prendre trop de bains en privilégiant une bonne douche (bon on oublie mes 2×9 mois de grossesse hein),
  • j’essaie de consommer le plus possible des fruits et légumes de saison,
  • j’achète local dans la mesure du possible concernant l’alimentation ce qui n’est pas si difficile quand on habite dans une région comme le Jura et à proximité de la Bresse où la culture maraîchère est très développée…

Mais :

  • je n’achète que rarement mes produits dans des magasins bio car je n’en ai pas les moyens. Le plus souvent, j’y vais pour acheter ma lessive mais pas automatiquement (en attendant peut être un jour de la faire moi-même), des petits plats babybio pour mon pitchoune quand je ne fais pas à manger moi même (ce qui est rare), les rouleaux de feuilles de protection pour les couches lavables… Je me laisse parfois tenter par d’autres produits en fonction de mes envies mais nous nous limitons beaucoup en réalité.
  • je fais attention à ma consommation de produits avec de l’huile de palme. Il m’arrive pourtant de manger du Nutella car je suis faible face à ma gourmandise. Dernièrement cela dit j’ai découvert « Noisette », pâte à tartiner de Casino, sans huile de palme justement, qui me permet d’assouvir ma gourmandise sans trop culpabiliser (cet exemple a plus valeur d’illustration d’un problème plus global).
  • je roule avec une voiture Diesel car je n’ai pas vraiment le choix. Je suis enseignante et remplaçante et le défraiement de mes déplacements ne couvre pas forcément tous les frais liés à une voiture qui roule beaucoup alors j’économise là où je peux.
  • j’aimerais acheter français, chez des créatrices et ainsi limiter au maximum mon impact carbone sur la planète mais je suis réaliste, cela reste encore  difficile… Et encore une fois cela représente un coût.

***

Voilà je fais ce que je peux, je me débrouille. Je pense à mes enfants, à l’avenir de notre planète tous les jours et pourtant je n’ai pas toujours une attitude exemplaire. Je suis vigilante, j’essaie de toujours penser en terme de développement durable mais il m’arrive d’être quelque fois une consommatrice pas forcément très écolo.

J’en parle autour de moi, j’essaie parfois de faire réagir, motiver certains à adopter des attitudes plus respectueuses  de la planète mais je n’en fais pas un combat, je ne suis pas prosélyte. Je sensibilise, sans être revendicative. Cela peut brusquer et avoir l’effet inverse de celui recherché.

Je culpabilise parfois mais souvent je me dis qu’il y a tellement de personnes qui ne font pas le quart de ce que je fais…

Alors j’essaie de m’informer, de comprendre et parfois j’agis !

Publicités

16 réflexions sur “Je suis verte, bio, écolo ? Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie… pas du tout ?

  1. A la maison aussi, on essaye d’être bio/ecolo au maximum: on mange bio et local pour les fruits et legumes, j’utilise des produits ménagers bio et des produits de beauté/soin aussi. J’essaye d’acheter des bodys bio pour les filles mais pas tous leurs vêtements. Je n’utilise pas de couches lavables mais des jetables écolos, on trie.. EN fait pleins de choses finalement et je trouve cela hyper important (mais après, c’est juste mon point de vue!Nisous

  2. J’avoue aussi être sensible aux conséquences de nos actes sur l’environnement, je déteste voir des personnes balancer ou abandonner sans scrupule un tas de déchets dans la nature. J’aimerais aussi « voir la vie en bio » mais c’est vrai que le prix me freine souvent. Je fais attention aux produits que j’achète (d’ailleurs j’ai le calendrier des fruits et légumes de saison sous le coude moi aussi, c’est drôlement pratique), j’aime utiliser mon beau sac en tissu quand je fais des courses ou alors mes bras, ça m’arrive souvent d’ailleurs de faire plus d’achats que prévu et de galérer à la caisse pour tout bien empiler histoire que rien ne tombe avant d’arriver à la voiture lol. Je regarde la compo de ce que j’achète pour éviter les ingrédients beurk (mais j’avoue craquer aussi pour le nutella parfois… va falloir que j’aille faire un tour chez Casino 😉 ) Je pense que je serais encore plus sensible à ça quand j’aurais un logement et que je serais chef ou sous-chef de la maison même si je suis déjà abonnée aux douches et que mes parents font tout de même attention aux dépenses énergie:cette année, mise en place d’un feu à pellets

    • Nus aussi on fait attention à la conso d’énergie, je ne peux pas en dire autant de mes voisins… Ils chauffent tellement leurs appart. que le chauffage ne fonctionne presque jamais chez nous. O prend un peu de leur chaleur (mais pas humaine hein 😉 )

  3. tres bon article, idem, je fais des choses :tri depuis des années, je n’utilise pas la voiture en semaine, tout à pied, on eteind toutes les lumieres en sortant, pas de veille sur TV, douche, pas de bain, ampoule économique, tres peu de dechets alimentaires, je fais avec les restes, je congele… je tente à ma manière d’apporter ma touche. Mais au niveau nourriture, pas de bio, trop cher, encore vu ce matin au magasin, ce n’est pas faute de comparer! j’achete local pour fruits et legumes frais… par contre je mange du nutella! lol !! mais pas souvent, genre 2/3 pots par an! on fait comme on peut, avec nos moyens, j’aime beaucoup comment tu expliques, et en effet, la façon de dire les choses ont un grand impact sur la reaction! bisous

    • J’ai pensé à toi en écrivant l’article pour tout te dire 😉 J’ai cru comprendre l’accrochage que tu avais eu avec une autre blogueuse et sans prendre partie, en effet je crois qu’il y a une façon de dire les choses. Bref, je crois qu’on adopte toi et moi un peu le même mode de conso et c’est déjà pas si mal ce que l’on fait 🙂

  4. Pingback: Serais-je une maman verte? « La Gazette Des Champs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s