« Il faut se méfier des mots »

Etre blogueuse, c’est parler de soi, des siens, donner son avis, parfois même revendiquer. Et il me semble que, dans ces deux derniers exercices tout particulièrement, le choix des mots n’est pas anodin. Et dire le contraire c’est tout simplement nier une évidence.

Personnellement quand j’écris un billet, je laisse souvent couler le flot des mots, il y a beaucoup d’improvisation. Ces mots que j’y mets sont mes mots, ils ont pour moi un sens bien particulier  même si dans un premier temps je n’ai pas forcément calculer leur impact. Et puis il y a aussi cette phase de relecture où je retouche, modifie car un mot ne reflète pas ma pensée ou  pourrait être mal compris, tout simplement mal utilisé. Je ne m’autocensure pas mais j’essaie d’être au plus juste de ma réflexion personnelle. Et puis on le sait à l’écrit, le risque de malentendu est plus grand qu’à l’oral. Et pour éviter toutes prises de tête stériles sur la forme de mon texte, je préfère assurer de ce côté là autant que sur le fond.

***

Pour illustrer mon propos, j’ai plusieurs exemples qui me viennent en tête :

– les mots allaiter, allaitement : j’ai lu parfois, très rarement, que les mamans qui donnaient le biberon n’allaitaient pas… Ah bon ???? L’allaitement concernerait uniquement l’alimentation au sein alors ?

Allaitement : « Mode d’alimentation du nouveau-né et du nourrisson dans lequel le lait joue un rôle exclusif ou principal. » (Larousse)

Alors si effectivement le lait du biberon est artificiel, il n’en reste pas moins du lait. Donc quand on dit cela, et on le peut bien sûr, il y a forcément derrière son utilisation la volonté de faire réagir la lectrice derrière son écran, positivement ou négativement.

– dans la même veine, on demande parfois aux jeunes mamans si elles nourrissent leur bébé c’est-à-dire si si elles donnent le sein.

Nourrir : « Donner à quelqu’un, un animal, un végétal les aliments nécessaires à sa vie, à son développement. » (Larousse)

Vous vous voyez demander à une maman si elle donne ce qu’il faut à son enfant pour qu’il vive et se développe ?

– Dans un genre tout à fait différent, prenons le mot cadavre :

« Corps d’un homme ou d’un animal privé de vie. » (Larousse)

Corps : « La partie matérielle d’un être animé considérée en particulier du point de vue de son anatomie, de son aspect extérieur. » (Larousse)

Alors quand on me dit que je suis une mangeuse de cadavres d’animaux  je dois donc comprendre que je mange un corps avec ses muscles, ses os, sa peau, ses poils… Non parce que d’après certains, c’est un fait établi, pas une interprétation. Non je ne mange pas de cadavres mais bel et bien de la viande.

Viande : « Aliment tiré des muscles des animaux, principalement des mammifères et des oiseaux. » (Larousse)

Bon, je vous l’accorde, je mange une partie issue d’un cadavre d’animal, mais je ne mange pas de cadavre. Quand on se veut précis, il faut aller au bout des choses. Je ne cherche pas la petite bête, je suis simplement le raisonnement de ceux qui veulent à raison utiliser le vocabulaire le plus précis et le plus juste possible.

***

Et vous savez quoi ? Sur le fond je m’en fiche que l’on puisse dire que je n’allaite pas mes petits bouts ou que je ne les nourris pas, ou encore que je mange du cadavre et mes enfants aussi.  J’ai donné le biberon à mes enfants, je suis omnivore, ça c’est ma vérité.

Car oui il n’y a pas qu’une vérité mais des vérités, chacun la sienne. La mienne ne vaut pas moins que la vôtre. Elle est juste question d’interprétation. J’utilise la langue et j’en accepte les subtilités.

Dire qu’il n’y a qu’une interprétation possible à un mot est faux. C’est nier la richesse de notre langue, le double sens, les jeux de mots, l’ironie… C’est jouer les faux naïfs  Dire que l’on ne comprend pas que quelqu’un s’offusque d’une expression porteuse de message alors que l’on utilise justement un mot sciemment pour le provoquer, c’est juste de la mauvaise foi.

Les mots que l’on utilise ont une portée, ils peuvent blesser, alors libre à chacun de dire ce qu’il veut mais le plus dur ensuite et d’assumer ses propos et leur sens profond et surtout de ne pas se cacher derrière un « je ne fais qu’énoncer la vérité ».

***

Pour être précis :

Oui j’utilise un procédé de démonstration et l’utilise encore et encore  jusqu’à l’absurde pour montrer la limite de toute pensée unique.

Non je ne vise personne en particulier, sauf ceux qui se reconnaissent dans ma démonstration.

Oui je réagis à différents articles sur les modes d’alimentation publiés dernièrement et aux commentaires qui les accompagnent.

Oui cet article rejoint celui-ci et étonnamment je suis sûre que sur celui-là plus d’une personne sera d’accord avec moi.

« Les mots ne sont pas de simples particules de phrases. Ces syllabes entremêlées ont un réel pouvoir. Les mots nous gouvernent, nous trahissent, nous blessent, nous réchauffent. Mais en aucun cas, ils ne laissent insensibles. » [Auteur inconnu]

Publicités

8 réflexions sur “« Il faut se méfier des mots »

  1. Une fois de plus ..je ne peux que t’approuver dans ta démarche..Je suis tout à fait d’accord avec toi…!!Tout n’est question que d’interprétations…certains prennent plaisir à tout déformer…Et puis merci pour cette citation de Ben..que j’affectionne tout particulièrement..Il embêllit les mots..maux..!! ….Les mots créènt des maux…mais en soignent tellement également…!! Bonne journée..!

  2. Coucou

    Je suis toutafay d’accord avec toi.

    Pour ce qui concerne tes exemples c’est vrai qu’au début de ma maternité dans mon esprit allaitement = sein. Juste parce que je pensais que ce terme était employé lorsque la maman nourrissais son bébé au sein et pas au biberon. J’allaite toujours ma fille au sein, elle a 18mois bientot et je pense (je n’y fais à vrai dire pas attention) que j’utilise les mots allaiter/allaitement lorsqu’il s’agit de l’allaitement au sein. C’est en rien méchant ou pour mettre une « barrière » entre le sein et le biberon c’est juste par habitude.

    Lorsque je parle de nous je ne précise pas, je dis que je l’allaite encore je crois..
    Si je parle à quelqu’un je parle de « donner le sein/donner le biberon ».

    Je me souviens d’une fois ou mon beau père m’a dit : tu vas nourrir ta fille ?
    Dans ma tête je me suis dit : « bah non je vais la laisser creuver de faim comme toute maman le fait » ! C’est con mais je ne savais pas non plus que ce terme était souvent utiliser pour l’allaitement au sein, comment aurais je pû savoir ? …
    Ca m’a paru bizarre mais j’me suis dit que c’etait ptet un parlé de « papi » lol..

    Pour la viande..
    Je mange de la viande, je ne mange pas un cadavre (bien qu’il soit passé par la case cadavre avant, c’est ma façon de penser)
    Après bah ça n’me gène pas + que ça que certains emploient ce mot tant que ce n’est pas dans l’but de me faire culpabiliser et qu’on me le sort pas régulièrement.
    Je respecte leur choix de nommer la viande ainsi, et j’attend en retour que l’on respecte mon choix de la nommer autrement et qu’on ne me reprenne pas si j’en parle.
    Mais à vrai dire je n’en parle plus..

    Bisouxx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s