Pavé dans la mare #9 : De la surenchère…

Il m’arrive d’être parfois exaspérée par la société dans laquelle nous vivons et les comportements excessifs qu’elle engendre.

Pour exister dans un groupe il faut parfois se démarquer : par ses talents, ses dons, ses qualités humaines, son originalité, son écoute, sa différence vécue comme un atout et une source d’enrichissement.. mais aussi de plus en plus par son excessivité. Il faut être le ou la plus méchant(e), le ou la plus parfait(e), le ou la plus connu(e), le ou la plus malheureux(se)… bref être toujours dans la surenchère.

A la télévision par exemple, dans la télé-réalité en particulier, plus tu es vulgaire et/ou bête plus tu existes médiatiquement. Plus tu montres la violence, plus tu sembles vouloir la dénoncer. Sur les réseaux sociaux, plus tu te montres outré, attristé par certains faits-divers glauques (et impliquant des enfants c’est mieux), plus tu es humain. Et si tu le cries très fort pour le partager avec le monde entier, alors tu n’es pas loin de la béatification. Dans la vie aussi, tu rencontres des personnes qui passent leur temps à te parler de leur enfance malheureuse, de leurs drames personnels alors que tu ne les connais que depuis 5 minutes. Oh je vous rassure, je ne suis pas intolérante à la souffrance des autres mais la limite entre la souffrance et l’exhibitionnisme est parfois mince. Je partage moi même sur mon blog des articles très personnels mais j’essaie toujours de garder cette part de pudeur qui fait partie de moi. Je ne parle pas non plus de celles et ceux qui partagent leurs idées militantes de manière agressive  pour convaincre, je l’ai déjà fait !

La surenchère tue la cause, les messages que l’on veut faire passer. La surenchère dans les sentiments n’est pas synonyme d’une plus grande humanité mais le résultat d’une volonté de donner à voir ce qui ne devrait pas.

Et puis, vous connaissez ce vieil adage : « c’est ceux qui en parlent le moins… ». J’aurais pu aussi citer ce dicton fort connu : « La confiture c’est comme l’intelligence, moins tu en as, plus tu l’étales ». Je vous laisse remplacer le mot intelligence par culture, compassion, humanité (oui encore), gentillesse, tolérance… Au choix, la liste est longue.

Je pense que l’on peut exister parmi les autres simplement en étant soi-même sans en rajouter sans arrêt, sans se donner le rôle du « plus machin truc » du monde. Je n’ai jamais été la plus malheureuse, la plus belle, la plus outrée, la plus en colère… Je suis quelqu’un de mesuré et si pour certains cela est immédiatement associé à  un manque de personnalité, pour moi c’est tout simplement une façon de mieux vivre avec les autres. Je m’emporte parfois, je suis peut être même excessive mais je n’en fais pas mon mode de fonctionnement, mon mode d’existence au sein du monde.

Disons que je suis plutôt du genre à vouloir changer les choses la fleur au fusil plutôt qu’un cocktail Molotov à la main.

C’était mon pavé dans la mare chez Mère Cane !

les pavés dans la mare

Publicités

2 réflexions sur “Pavé dans la mare #9 : De la surenchère…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s