Ma maman, Moi maman…

 

Je me construis beaucoup en tant que maman par rapport à ma propre mère. Ce n’est pas le fruit d’une volonté farouche mais un simple constat.  Je veux faire comme ma mère/je ne veux surtout pas faire comme ma mère. Ce n’est pas constant non plus mais je dois bien l’avouer, la mère qu’elle a été influence souvent celle que je suis aujourd’hui.

***

Comme ma mère je veux inculquer à mes enfants des valeurs de respect  (respect d’autrui, des anciens, respect de ses affaires, du travail des autres, des règles pour bien vivre ensemble) et cette politesse aussi qu’il manque parfois à certains enfants rencontrés dans le cadre de ma profession. Comme elle, je veux que mes enfants ne manquent de rien sans en faire non plus des enfants trop gâtés. A sa façon je privilégie toujours la qualité à la quantité. Je ne crois pas en effet que l’Amour que l’on leur donne se mesure à la quantité de biens que l’on peut leur offrir. Comme elle encore je veille à ce qu’ils prennent soin d’eux mais aussi de leurs affaires (enfin surtout mon pitchoune pour l’instant). Je ne suis pas matérialiste, non, je pense juste que prendre soin de ce que nous possédons est primordial : je déteste le gâchis. Nous vivons déjà  dans une société suffisamment consumériste alors si de notre côté on peut faire vivre le plus longtemps possible nos bidules, nos trucs, nos machins, c’est plutôt un bon point !

En revanche, à l’inverse d’elle, je me veux une maman qui communique avec ses enfants (enfin du mieux que je peux), une maman qui essaie de répondre à toutes leurs questions, sans tabou.  A la différence de ma mère encore, je suis très câline, peut être trop, peut être pas. Je n’ai pas le souvenir d’un vrai câlin avec elle… J’essaie aussi d’être moins sévère, moins rigide même si je me trouve parfois assez intransigeante.

Contrairement à elle, je me suis toujours promis d’être vigilante quant aux éventuels problèmes comportementaux de mes enfants. Elle a préféré pendant longtemps ignoré la gravité des « troubles » de mon frère et nous en avons tous payé le prix. Je veux aussi que mon homme ait une part active et égale à la mienne dans l’éducation de notre marmaille car ma maman a géré beaucoup de choses complexes seule et je ne veux pas vivre ça à mon tour. Cela dit, je ne me fais pas vraiment de souci.

***

Ma mère, c’est tout ça. C’ était une bonne maman qui n’a pas eu la chance de vivre à une époque où l’on pouvait dire son mal être de mère, où il était peut être plus difficile de trouver une oreille attentive. Et puis elle a grandi dans une famille où rien ne pouvait s’exprimer, surtout pas les sentiments les plus profonds…

Alors oui, elle a commis des erreurs. Certes elle a eu peut être quelques manquements. Mais je ne lui en veux plus. Je l’aime. Je suis maman maintenant, je comprends mieux certaines choses. Et plutôt que de lui en vouloir je préfère lui pardonner. Aujourd’hui c’est une excellente mamie, douce, attentionnée, qui transmet ces valeurs si importantes pour moi à mes enfants. Elle est avec eux comme elle n’a jamais été avec moi : câline, zen, moins exigeante.  Elle est toujours là pour nous épauler dans notre vie à quatre.

Je me construis avec et contre elle. C’est comme ça.

Et vous ? Votre mère a-t ‘elle influencé la maman que vous êtes aujourd’hui ? Etes-vous son parfait reflet ?

 

Publicités

9 réflexions sur “Ma maman, Moi maman…

  1. Et bien mes relations « ma maman, moi, mes enfants » ressemble un peu à la tienne. A l’exception que ma mère était seule avec nous trois, et effectivement à une « autre époque »… J’ai donc été comme elle au début, puis j’ai pris « mon propre chemin » en tant que maman et mes méthodes on changées, tout en gardant cette idée qu’il fallait tout de même qu’elle soit fière de moi. Et en voyant mes Bulles grandir elle a aussi réalisé que mes méthodes n’étaient pas si mauvaises, et en fin de compte ça nous a beaucoup rapprochées.
    Mais je ne peux lui reprocher quoi que ce soit, être née après guerre avec 7 petits frères et une mère seule, avoir eu des enfants à une époque où l’on expliquait qu’un bébé ne communiquait pas, et où il fallait s’en « détacher » au plus vite a fait d’elle une femme à la place de qui j’ai en du mal à me mettre, je suis juste très heureuse qu’elle ait compris que j’avais d’autres méthodes tout en gardant mon admiration pour l’éducation qu’elle nous a donné et pour son courage. Elle a fait des erreurs avec moi surtout, j’en ai fait aussi, mais on a réussi à se mettre un peu à la place de l’autre et à se comprendre. Et aujourd’hui c’est une maman et une mamie juste formidable.

    • Ce qui est important je crois c’est d’essayer de comprendre, de ne pas trop vite les juger et apprendre à leur pardonner. Je sais aujourd’hui combien c’est difficile parfois d’être maman. La différence c’est que nous, nous pouvons trouver des interlocuteurs beaucoup plus facilement et puis surtout comme tu le dis, le statut de l’enfant a changé : il est doué d’intelligence et d’émotion, si ce n’est pas merveilleux ça 😉
      Merci de ton témoignage ♥

      • Alors pour l’histoire du com bourré de fautes, je précise pour ma défense qu’au réveil avant mon premier café je n’ai pas les yeux correctement ouverts 🙂
        (oui ils se sont légèrement mis à saigner en me relisant, pardon ^^)
        Et oui ce n’est pas toujours facile de se mettre à leur place, et surtout dans leur contexte. Peut-être que nos enfants aussi nous diront plus tard « Ahhhhhhh mais tu as osé faire ça avec nous ??? » 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s