Son devoir, le mien, le nôtre.

10h30.

Je l’attends au pied de son immeuble. Elle n’est jamais en retard. Toujours là, pile à l’heure. Veuve de militaire, elle en a gardé une certaine rigueur quant aux horaires. Et puis, comme elle aime à le dire, « c’est une question de respect ».

10h45.

Nous voilà devant la salle des fêtes. Elle descend de la voiture, sa cane à la main. Quelques minutes auparavant, elle avait soigneusement pris le temps de sortir sa carte d’électeur et sa pièce d’identité de son sac à main. Elle est tellement méticuleuse, tout doit être prêt. C’est du sérieux tout ça.

Elle avance dans l’allée qui mène au bureau de vote, habillée de son tailleur qu’elle ne sort que pour les grands jours. Cette année, elle avoue pourtant ne pas savoir pour qui voter mais il n’est pas question pour autant de ne pas se déplacer. En fait cela ne lui a jamais traversé l’esprit même s’il lui arrive parfois de reconnaître qu’elle n’a plus grande foi en la politique…

11h10.

Elle sort enfin. Elle souffle et s’essouffle . Elle est fatiguée. Elle n’a plus 20 ans. Elle en a déjà 86.  Cette attente, debout, dans cette file qui mène à l’urne, l’a épuisée.

12h15

Pendant le repas dominical, nous discutons, parlons des élections. De fil en aiguille, elle évoque sa maman et ce fameux jour où pour la première fois elle a pu voter,  où sa voix a enfin compté. Ses yeux brillent en repensant à sa mère qui  en mettant enfin son bulletin dans l’urne venait de rentrer dans l’histoire. Elle n’était pas militante mais elle a rempli son devoir avec fierté et émotion ! Car il fut un temps pas si lointain où l’on pensait qu’une femme ne pouvait, ne devait pas voter…

affiche-vote-femininaffiche vote femme

Cette histoire, c’est celle de ma grand-mère qui n’a jamais raté une seule élection. Cette journée, c’est la sienne, celle de cette femme pour qui voter est un devoir de citoyenne mais aussi  un devoir de mémoire pour toutes celles qui se sont battues ou se battent encore pour faire entendre leur voix.

Ce combat c’est celui mené par ma mamie, sans qu’elle en ai vraiment conscience  d’ailleurs, mais qui jamais au grand jamais ne se laissera aller au fameux « Tous pourris » ambiant.

Alors oui, chacun fait ce qu’il veut. Chacun peut décider de voter (ou non) et pour qui il veut. De mon côté, j’ai décidé de poursuivre sur le chemin tortueux tracé par nos grands-mères et leurs mères avant elles.

Car même quand voter semble ne plus faire sens ou ne servir à rien dans l’esprit de certains, pour moi ce droit reste et restera la plus belle expression d’un combat que nous devons nous, femmes en jouissant, honorer dès que nous le pouvons !

Publicités

8 réflexions sur “Son devoir, le mien, le nôtre.

  1. Rhaaaaaaaa.

    Magnifique.

    C’est un billet que j’ai envie de partager, d’imprimer et de lancer dans les rues (mais c’est pas très écolo), de tatouer au henné dans le dos de ceux qui ne se disent pas concernés…

    • Rhoooooooo, je suis vraiment très touchée là…
      Si seulement ce billet pouvait motiver une seule personne supplémentaire à aller voter, ce serait déjà ça ! Espérons.
      Merci pour ton comm’

  2. Pingback: Réveillons-nous ! | THE BOOK OF MUM
  3. Pingback: Les billets qui m'ont plu!!!! | Le blog de Radiblog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s